YYPP6003.jpg

Véronique Taille 
Action
Nue

Face à la caméra, se tient une vieille femme.Son corps est imparfait dans le sens universel du mot. Elle a des défauts, mais elle s’est défaite de tout ce qui constitue l’idée de la beauté et se tient nue face à moi.Personne n'est prêt à exposer ses défauts aux autres. Les techniques de retouche photo, l'esthétique du marché de masse nous ont déformé·e·s. Nos âmes en ont été changées. Les humain·e·s ont besoin de créer, et pour cela, iels doivent puiser le courage de regarder entre le monde réel et l'âme, exposant la vérité : la pollution est au cœur de la création servant la production de masse.J'ai créé cette série de photos avec elle, appelée " Action Nue ".

D'infinies illusions ont grandement pollué l’esprit humain. Lorsque la source de la création est contaminée, la distinction entre les humain·e·s et les animaux devient floue.Nous aimerions que les gens en discutent mais chacun·e se revêt des nouveaux vêtements de l'empereur et ne parle plus. La source de la mode est contaminée. Il y a ce que l’on appelle “ le concept ”, et en découle tout ce qui sera façonné. 

C’est ce que semble être la création aujourd'hui, une pollution. La création humaine vient du cœur, elle est le courage d'affronter les voix qui y résonnent.J'espère qu'au travers de cette exposition, les visiteurs, les visiteuses disposeront d’un peu de temps pour se retrouver face à elles-mêmes, face à eux-mêmes, au sein du Temple qu'est RizRiz.Dans le passé, j’ai voulu utiliser les vêtements pour observer la relation que les gens entretiennent avec. Plus tard, la voix dans mon cœur est devenue plus forte. Je ne me suis pas restreinte, j'ai donc essayé de jouer avec la forme afin de donner écho, de la manière la plus puissante et la plus intuitive, à ce qui me touchait au moment donné.Ce que je pense ne changera pas le monde, mais j'espère que le monde s'illuminera avec une multitude de personnes qui s’éveillent. La vérité nous oblige à l'affronter, nu·e et courageuse, courageux. Une fois la vérité trouvée, la beauté émerge.Je suis une voyageuse ayant traversé le désert aride, s'étant tenue près du Gange, à côté de cadavres. Ayant été émue aux larmes par l’enlacement de deux amoureux sur une plage en Nouvelle-Zélande, contre un plateau abrupt. Au sommet du lac Titicaca, j'ai ressenti la fragilité de la vie. Les deux choses les plus importantes que mes parents m'ont apprises furent la gratitude et la curiosité avec lesquelles explorer le monde. Je crois m’en être saisie.